Compte rendu partiel de la réunion du collectif téléphonie Internet du Très Haut Gard du 6 mai 2017 à Malons

le 6 mai 2017 à Malons

21 personnes présentes, la commune de Ponteils est bien représentée (6 personnes dont 2 conseillers municipaux), Aujac (un conseiller municipal, aucun habitant), et Malons et Elze (plusieurs hameaux représentés et 2 conseillères municipales).

– Réseau filaire de téléphonie :

Rappel aux habitants, en cas de matériel dégradé (poteaux téléphoniques, câbles, boîtiers) : fournir à la mairie le signalement précis avec les numéros de poteaux, s’assurer que la mairie effectue bien la déclaration sur « signal réseau » et qu’en cas de non réparation elle saisisse directement Mme Fontaine (Responsable d’Orange pour les collectivités locales du Gard).

Jonas Nivon (Aujac) fait remarquer que ce n’est pas si simple, des boîtiers défectueux ne sont pas révisés. Il est vrai que les signalements ne tiennent pas compte des boîtiers « fermés », d’autant qu’on ne peut pas savoir lesquels sont défectueux. Seul l’opérateur pourrait le savoir. Les interventions qui ont été faites auprès d’Orange puis à la sous-préfecture sont restées lettres mortes.

Marie Gimenez fait part de problèmes de connexion à Rieusset (Ponteils). Orange s’arrange pour bidouiller dans les boîtiers : quand il s’agit de « dépanner » une ligne défectueuse, il prive un autre abonné de sa ligne (surtout s’il n’est pas présent de façon permanente) quitte à ce que, quand l’abonné en question revient et se plaint, à faire une autre manipulation, dans le style des chaises musicales …

Conseil : quand le nombre de paires en état est insuffisant sur le câble qui arrive au boîtier, il faut changer ou réparer le câble, pour cela faire une demande collective via la mairie. Se méfier de la solution utilisée par Orange : multiplexer une paire (deux abonnés sur la même paire, le dispositif est cramé à chaque orage et interdit l’ADSL). Pour éviter que le technicien qui vient pique la ligne du voisin, ne pas le laisser partir sans vérifier (si c’est possible) que la ligne du voisin marche encore.

Une personne se plaint de l’absence de cabines publiques mais Orange n’a plus l’obligation de maintenir ces cabines (depuis … ) si le réseau de téléphonie mobile fonctionne à cet endroit.

Une personne relate qu’un technicien lui a affirmé « de toutes façons, Orange arrête le fixe en 2020 , alors …».

C’est faux : à partir de 2O20, Orange prévoit de changer le système du signal (abandon du système Réseau Téléphonique Commuté). Le réseau « cuivre » est cependant conservé puisqu’il est le support de l’ADSL et le téléphone fixe se fera par un réseau IP utilisant un protocole Internet (nécessitant un boîtier DSL chez l’usager). Il semble que chez les abonnés SFR, le changement ai déjà eu lieu, avec des déboires pour certains (article de Que Choisir).

A plus long terme, il est prévisible que le cuivre soit remplacé par la fibre.

– Internet :

Le collectif s’attache au plan départemental, qui affirme vouloir desservir chaque foyer du Gard en fibre optique à l’horizon 2030. C’est écrit dans la délibération, très bien, on s’y accroche et on se bat pour cela.

La première phase de ce plan, toujours pas en accès libre sur le site du Conseil Départemental, consiste pour nos communes à une « Montée En Débit » c’est à dire, principalement fibrer la connexion

entre les nœuds de raccordement (NRA) et les sous-répartiteurs (SR), la fin restant en cuivre.. Tous les élus s’accordent sur le fait qu’il faut « desservir en priorité les zones les plus mal desservies ». Nos 3 communes sont bien les premières concernées et le collectif tient à ce que cette MED soit effective sur nos communes.

Ce serait surtout un premier pas vers la fibre jusqu’à l’usager, objectif final du plan, objectif qui resterait ouvert pour nos communes car la moitié du chemin aurait déjà été franchie.

Une question : est-ce que la distance sur la partie en cuivre ne sera pas tout de même un obstacle pour obtenir du haut-débit malgré le fibrage du sous-répartiteur ?

Effectivement au-delà de 5 Km du sous-répartiteur, il est peu réaliste d’espérer un haut-débit tant que ce maillon est en cuivre.

La procédure décrite dans le cahier des charges est lourde avec de multiples étapes qui constituent autant d’obstacles qui peuvent empêcher que cette montée en débit se réalise ici, d’autant que nous n’avons pas une grande confiance dans la ferme volonté de véritablement équiper nos communes de la part d’un certain nombre de décideurs. Aussi nous allons proposer aux 3 mairies qu’elles s’adressent aux Conseil Départemental en lui demandant d’être destinataires des différentes informations en temps réel à chaque étape de la procédure pour ce qui concerne leur territoire. Exigence de transparence donc qui permettrait de réagir aux embûches éventuelles et de ne pas se laisser rouler dans la farine. Un projet de lettre commune des 3 maires sera ébauché et leur sera soumis (note : la lettre a été rédigée depuis et va être envoyée très prochainement). Parallèlement, nous allons solliciter une entrevue avec M.Malavieille, Conseiller Départemental du canton, pour lui parler de cette demande (note : l’entrevue a eue lieue depuis, il s’est engagé à nous fournir des réponses dans les plus brefs délais).

La liste (indicative) des SR susceptibles d’être concernés par cette montée en débit, annexée au cahier des charges mentionne Malons mais ni Ponteils ni Aujac n’y figurent, ce n’est pas rassurant. De même le NRA du Pont-de-Brésis, qui n’est pas au niveau, n’est pas mentionné dans la liste (indicative) des NRA à moderniser …

Rien n’est perdu mais il faut suivre le coup de près.

Le titulaire du marché est un groupement d’entreprises dont le mandataire est la société Bouygues énergie et services et qui comprend les entreprises Axione (opérateur aménageur), Sotranasa, SLA, Artelia et Daudet.

– Téléphonie mobile :

A Aujac on craint que ce soit seulement des parties de la commune qui soient zones blanches et non la commune toute entière. Il faut refaire un bilan suite aux travaux de Bouygues sur l’antenne l’an dernier.

Rappel aux habitants : pensez à faire remonter en mairie tous les problèmes rencontrés.

Les zones blanches partielles (hameaux) sont déclarables par les mairies sur une plateforme France Mobile.

Restons mobilisés sur tous ces sujets !

Rappel : le concours des mairies et du plus grand nombre possible d’habitants est essentiel.