Article du Midi Libre du 21 août 2019 ( Municipales 2020 : le maire ne se représentera pas )

C’est à la lecture du bulletin municipal que les habitants ont appris la nouvelle. Ou plutôt en ont eu la confirmation parce qu’elle circulait depuis plusieurs semaines dans le village. Bernard Rosset-Boulon ne se représentera pas après un mandat de conseiller et un autre de maire. Les raisons sont à la fois d’ordre personnelles, professionnelles et statutaires.

Personnelles« Le maire n’a plus de temps à lui, il est sans arrêt dérangé pour un oui ou pour un non. Une fuite d’eau, un lampadaire en panne, un chien errant ou des sangliers sur la route, c’est le maire qu’on appelle en premier, en plein milieu de la nuit ou pendant le week-end. C’est la nounou du village ! La vie de famille s’en trouve toute chamboulée. »

Professionnelles« L’indemnité de maire n’est pas allouée pour qu’il en vive. J’ai un métier (Bernard Rosset-Boulon est paysagiste) et il faut jongler avec les horaires pour le rendre compatible avec les heures de présence et le travail à la mairie. »

Statutaires« Elles sont de loin les plus importantes. Le rattachement à l’agglo d’Alès est positif parce qu’il permet de bénéficier de structures administratives trop lourdes à assumer pour la commune. Mais, à l’inverse, les pouvoirs du maire s’en trouvent réduits et souvent il s’agit juste de tenter d’appliquer ce qui a été décidé à l’échelon au-dessus. La marge de manœuvre du maire est très étroite. Et puis des études onéreuses sont demandées pour tout, à cause des normes imposées par l’État, imputées à un budget qui n’est pas extensible. Il n’y a plus de bon sens, on est noyé sous la paperasse par exemple pour demander une subvention ! Enfin, du temps de la communauté de communes, les réunions se faisaient à quelques kilomètres… Maintenant il faut aller à Alès, l’éloignement et les déplacements n’arrangent pas les choses. »

Mais le maire d’Aujac est satisfait d’une mesure : il est président de la commission du patrimoine de l’Agglo.

À ce titre, « j’ai pu rencontrer des gens passionnés par leurs villages, leurs sites remarquables et qui ont plein d’idées pour non seulement les conserver mais aussi pour les enrichir sur un double plan historique et culturel. Il y a du travail intéressant à mener ! »

Et voilà pourquoi à cause de tout cela et malgré ce point positif, le maire veut céder sa place à la tête d’une nouvelle équipe de onze personnes qui fassent passer l’intérêt général avant leurs convictions personnelles… Onze personnes à qui il souhaite bon courage !